245 vues
3 minutes de lecture

Je brûlerai ma gloire

Historien de la condition des auteurs, des Grecs anciens à nos jours, Jacques Boncompain a couronné ses recherches par la publication d’un Dictionnaire de l’épuration des gens de lettres jugé  » si nécessaire  » par Jean d’Ormesson, fruit du dépouillement systématique des dossiers de la Commission nationale d’épuration conservés aux Archives Nationales. Des années durant il a vécu dans la compagnie de plus de 3000 auteurs, interprètes, producteurs et agents, sommés de rendre compte de leur comportement sous l’Occupation.


Les côtoyer a changé son regard sur  » un temps où manque toute lumière « , selon le jugement de Saint-Exupéry, et incité à élargir son étude aux deux principaux acteurs politiques du temps, le maréchal Pétain et le général de Gaulle. D’où ce nouvel essai. Le propre du Maréchal est d’être toujours demeuré en retrait. A Verdun, pendant la guerre du Rif, ambassadeur en Espagne, à chaque fois les autorités en place sont venues le chercher.
Ce l’est de manière encore plus éclatante en 1940. Jules Jeanneney, Président du Sénat, reconnaît :  » Il est incontestable qu’à ce moment tous les yeux étaient tournés vers le maréchal Pétain. Il était une sorte de bouée de sauvetage vers laquelle toutes les mains se tendaient. Il était certainement le seul nom autour duquel on pourrait faire l’union et la concorde de notre pays… «  A 85 ans il ne s’est pas défaussé.
Toute sa vie, entre deux solutions, il a choisi la plus exigeante. Doté des pleins pouvoirs, l’expatriation serait la plus facile. Par esprit de sacrifice il décide de rester en métropole et de s’interposer, autant que faire se peut, entre le peuple et l’envahisseur. Comme en 1916, mais en sous main, il va mener une guerre d’attente de l’arrivée des Américains. Au général Héring qui le félicite de son élévation au sommet de l’Etat, il répond tout de go :  » A titre de martyr seulement. » Sans illusion sur ce qui l’attend il dit autrement :  » Je brûlerai ma gloire.  » Impossible, face à Hitler et la soldatesque allemande, d’empêcher toute atrocité. En fin de partie, il le sait, toutes lui seront comptées à charge, sans que soient prises en compte celles qu’il aura réussi à parer. D’avance il accepte d’être déshonoré par ceux qui lui devront la vie. Son amour de la France passe l’entendement, aussi ne sera-t-il pas compris.

  • Titre : Je brûlerai ma gloire
  • Auteur :BONCOMPAIN (Jacques)
  • Editeur : MULLER (EDITIONS)
  • Nb Pages : 710
  • Présentation : Broché

A commander chez Chiré.